Locus Solus




Connexion
nom

clef









Février 2018

Le dernier de mes poèmes,
celui qui
voulait venir,
-son insistance diffuse-,
des mots voulaient se poser,
avait l'audace d'un songe,
son cortège d'ombres sûres,
sans rien dire a déserté,
car un souffle vaste et libre
l'aura emporté au loin,
et dans une odeur de ciel,
de cristal en mouvement,
s'agitaient des fleurs sauvages,
leurs pieds serrés dans l'argile,
dansaient pour lui sans raison,
l'herbe coupée,
sous sa lèvre,
poussait des cris de diamant.


L'oubli des mots.
Un trait vert
organique
sommeille sous la porte
qu'on ne poussera pas.

La flèche d'une voix,
sa précieuse durée
étonne le silence.
Dans le suint de sa laine
la parole s'avance

Tout est vivant,
dit la pierre emplumée,
qui tombe,
abrupte,
et s'élève à nouveau.

 Version imprimable


Entrée
Actualité
Poesie
Chansons
Recits
Recueil
Atelier d'écriture
....
Presse
Liens
Contact